SaveStangAlar & Costour Poumon Vert en Finistère interrogent les candidats aux municipales !

Questions

Chaque équipe candidate aux municipales de Brest,Guipavas et le Relecq Kerhuon a eu accès à un document présentant le projet Iroise Promotion dans le Vallon du Stang Alar, et les illégalités qui sont contestées devant la Cour d’Appel Administrative de Nantes : artificialisation des sols mal gérée, atteinte à un espace boisé classé, à la biodiversité et surtout hauteur démesurée des bâtiments (5 niveaux de béton à flanc de coteau). La pétition contre ce projet a dépassé début janvier les 6.000 signataires.

SaveStangAlar et CPVF posent trois QPC (Questions Pour Candidat.e.s) :

QPC1 : La règle du velum du PLU protège le vallon d’une construction de hauteur démesurée. L’application de cette règle a été demandée par le Tribunal Administratif de Rennes. Si vous êtes élu.e.s au Conseil de Brest Métropole, allez-vous supprimer du PLU la règle du velum - permettant ainsi au promoteur de déposer un nouveau permis à l’identique ? Ou allez-vous la maintenir en l’état, et éventuellement l’adapter en fonction des zones à urbaniser par exemple ? Et dans ce cas, la maintiendrez vous telle quelle afin de protéger le Vallon du Stang Alar ?

QPC2 : Plus généralement, demanderez vous aux services instructeurs de faire preuve de rigueur dans l’analyse des permis de construire, pour éviter : atteintes aux EBC, atteintes aux zones humides, aux nappes phréatiques ou pour faire respecter les règles de hauteur ? Ce qui éviterait aux riverains d’avoir à faire des recours contre ces illégalités, non détectées par les services instructeurs.

QPC3 : Compte tenu du caractère patrimonial du Vallon du Stang Alar, reconnu par le SCOT, compte tenu du statut de cœur de biodiversité de la métropole reconnu par l’étude BIOTOPE pour ce vallon et celui du Costour, ne faudrait-il pas faire usage des articles R. 111-27 et 111-26 pour imposer à toute construction dans l’enceinte géographique de ces vallons d’appliquer les mêmes mesures de recensement et de protection des espèces protégées qu’au Conservatoire ?